Rechercher
  • Marie PAZ-MARTINEZ

Aborder le vaginisme différemment

Mis à jour : janv. 20

Qu’est-ce que le vaginisme ?


Le vaginisme pourrait se définir comme une peur de la pénétration. Les muscles du vagin se contractent pour se resserrer au lieu de se détendre lors de la pénétration. Le rapport sexuel devient alors douloureux voire impossible.


Il existe différents stades de vaginisme :


Le vaginisme primaire : aucune pénétration possible (rapport ou objet). La douleur a toujours été présente.


Le vaginisme secondaire : Cette forme de vaginisme apparait à un stade particulier de la vie de la femme. Elle a pu avoir des rapports normaux jusqu’à ce qu’un évènement vienne déclencher les symptômes (accouchement douloureux, viol, etc.).


Le vaginisme global : la pénétration du vagin de la femme est possible mais elle subit de la douleur à chaque fois que quelque chose entre dans son vagin.


Le vaginisme situationnel : La douleur n’est pas tout le temps présente. Elle est liée à la caractéristique de l’objet qui l’a pénètre ou la position du rapport ou à la personne avec qui elle partage le rapport.


Les réponses de la médecine conventionnelle


La médecine conventionnelle trouve l'origine de cette pathologie dans des faits comme suivent :

-La femme a subi un traumatisme

-La femme peut avoir vécue une éducation stricte

-La femme peut avoir vécu une éducation religieuse très forte

-La femme peut ne pas avoir vécue correctement la phase de découverte de son corps

-La femme a vécu un fait anodin passé inaperçu

-Etc.


La médecine conventionnelle propose différents protocoles de soin pour venir à bout de ces douleurs lors d'un rapport:


-Suivi psychologique par un sexologue

-Exercice de relaxation, de respiration

-Travail d’apprentissage de son corps

-Différents exercices physique dont ceux de dilatation vaginale

-Injection d’acide hyaluronique

-Utilisation de crème anesthésiante

-Etc.


Ces techniques fonctionnent pour un grand nombre de femmes mais malheureusement pas pour toutes.


Lorsque la femme vie un échec avec les traitements conventionnels


Lorsque la femme a testé toutes ces techniques pour pallier aux difficultés de pénétration et qu’aucune d’entre elles n’ont donné un résultat satisfaisant, la femme se retrouve profondément déçue.


La souffrance de la femme est grande car il n’y a rien de plus intime que le sexe d’une femme. Touchée au plus profond d’elle-même, la femme peut dans certains cas vivre un certain défaitisme voir une forme de dépression dans certains cas puisqu’elles n’a pas accès au plaisir privée d’une des choses pourtant basique de la vie que de faire l’amour normalement sans que cela fasse mal.


Cette souffrance est d’autant plus présente qu’elle doit faire face à un manque de compassion face à ce qui semble si naturel aux autres.


Avoir une vision globale de l’être humain


Tous ce que nous vivons et ressentons s’inscrit dans notre corps via une mémoire dite corporelle et nous n’en avons pas conscience.


La mémoire corporelle garde les informations au niveau physique ou énergétique de ce que nous avons vécu dans des vies passées, dans notre vie intra-utérine, dans notre enfance, dans notre vie adulte et jusqu’à présent. Cette mémoire se transmet également de génération en génération.


Lorsqu’une personne souffre de vaginisme et que les thérapies conventionnelles n’ont pas apporté de mieux être sur le trouble, il est certainement temps de prendre conscience qu’il y a certainement une mémoire ayant laissé une empreinte profonde créant une programmation inconsciente de la personne, qui la conduit à ce jour à souffrir des douleurs de pénétration.


La solution:


Le soin énergétique consiste à capter la ou les mémoires qui ont été enregistrées dans le corps de la femme et qui sont à l’origine de la souffrance et de son vaginisme.


Ces mémoires identifiées, le thérapeute va procéder à une reprogrammation afin d’effacer celles-ci.


Il n’est pas possible dans cet article de décrire précisément qu’elle type de mémoire peut être trouvé car cela est propre à chaque personne. Néanmoins, il n’est pas rare entre autre de trouver des mémoires de viol dans des vies antérieures ou des mémoires de viol de femmes de la famille.


Ce type de soin n’est pas encore reconnu par le système de santé conventionnel et pourtant chaque année, des centaines de femmes sont traitées et déprogrammées de leurs mémoires afin d’en venir à bout du vaginisme.


Marie PAZ-MARTINEZ

Naturopathe

Pour prendre RDV clic ICI

www.mariepazmartinez.com


31 vues

Consultation à Nîmes ou à Distance. Pour prendre Rendez-vous clic ICI ou au 06 95 12 10 28